Les différents visages du développement durable à VALBRISE

Le développement durable répond à 3 préoccupations : écologique et environnementale, économique, sociale et culturelle. Il s’agit d’apprendre à concilier les progrès sans mettre en péril les ressources naturelles et humaines. Donc le développement durable c’est l’affaire de tous et à tous les niveaux : professionnel et personnel.

Sur le plan professionnel, comment mettre en pratique cette approche globale à Valbrise visant l’amélioration de la condition humaine ?

  • En développant des projets et des activités éducatives de prévention autant auprès des jeunes accompagnés que du personnel encadrant.
  • En changeant nos modes de fonctionnement et d’organisation au sein de l’institution IME/SESSAD Valbrise.

L’atelier recyclage et récupération animé par G Doto : Des projets menés par les éducateurs mettent l’accent sur l’éco-citoyenneté comme l’atelier récupération et recyclage de papiers :
chaque semaine, un groupe de jeunes passe dans chaque salle et bureau pour récupérer le contenu des poubelles mises en place à cet effet. D’une part, cela permet de respecter le tri sélectif et de favoriser le recyclage en générant des économies et en préservant la nature (moins d’arbres abattus pour produire du papier). De plus ce geste invite à être très attentif à sa consommation de papier qui peut peser aussi dans les budgets au détriment d’autres postes.

Une belle poubelle bleue près de la scène ouverte et plantée au milieu du Parc nouvellement aménagé a aussi été construite et peinte pour les jeunes afin de les sensibiliser. Ce même groupe effectue un nettoyage régulier et collectif des papiers et autres détritus jetés dans le parc, notamment aux abords des cités voisines. Il peut être aidé par le groupe « espaces verts ».

L’atelier compostage : La cuisine centrale, l’atelier restauration produisent des déchets alimentaires (épluchures, autres). Ces déchets sont également récupérés afin de produire du compost qui va être réutilisé dans les activités de maraîchage menées par Olivier Martin. Un composteur a été fabriqué par les jeunes à cet effet. Le compost est utile pour enrichir la terre et faire pousser plantes, légumes, fruits. Ce qui vient de la terre retourne à la terre. Ainsi, au printemps et tout au long de l’été un petit marché paysan permet de déguster de bonnes tomates du jardin de Valbrise, des courgettes, aubergines, salades, etc…Les plantes décoratives et fleuries sont également cultivées grâce à toutes ces techniques naturelles qui portent une attention particulière à la biodiversité, à la préservation de notre milieu naturel (pas d’engrais !).
Les oiseaux peuvent ainsi nicher en toute tranquillité. Les insectes aussi peuvent se développer et s’intégrer dans un espace préservé où chacun et chaque chose jouent un rôle déterminant.
Dernièrement, nous avons dû appeler un apiculteur pour récupérer des essaims d’abeilles placés dans les trous d’un gros platane. Celui-ci va récupérer le miel dans les alvéoles.

Le projet d’aménagement du Parc s’inscrit dans cette dynamique.

Opération nettoyage du Par et compostage


Sur le plan institutionnel et logistique, le SESSAD s’est équipé récemment d’une Zoé, véhicule électrique comme l’ESAT son partenaire voisin. Il s’agit de réduire la pollution, le bruit et les dépenses de carburant. Nous l’envisageons sur l’IME dans les années à venir.
Pour l’IME, un forage alimente en eau le système d’arrosage. La climatisation réversible dans l’ensemble des salles et bureaux vise également les économies d’énergie.
Le recours aux ESAT pour les travaux espaces verts, travaux de maçonnerie ou menuiserie répond également à ce souci permanent de concilier économique et social. En effet, faire travailler un ESAT, c’est permettre à des personnes en difficulté d’avoir un avenir professionnel, des revenus minimums et ainsi respecter la dignité humaine. De plus, beaucoup d’ESAT répondent à une démarche de responsabilité sociale des entreprises et nous restons donc dans cette dynamique et processus de développement durable. Les chalets et terrasses ont été réalisés à partir de bois recyclé par l’ESAT du bâtiment de formation et métier.

D’autres moyens mutualisés ou des études comparatives avant achat visent aussi la réduction des coûts (informatique, photocopieurs…).

Développement durable et engagement humain.

En effet, s’adresser aux populations vulnérables, être solidaire, être dans la rencontre et dans l’échange sont autant d’actions de développement qui s’inscrivent aussi dans le long terme et donc dans le développement durable. Nous avons dans nos équipes du personnel engagé et Valbrise soutient cet engagement. Le dernier exemple en date est le départ le 04.10.2017 de Christine Commier, chef de service du SESSAD, et d’Isabelle Pastorelli, vers le Maroc. Au-delà d’un simple rallye, elles vont participer à l’accompagnement des populations d’Afrique du Nord vers un redressement économique et social à long terme. Elles se sont engagées dans cette
aventure pour une action d’aide à l’enfance et à l’éducation puisque la récupération de matériel et vêtements de bébé est destinée au « resto bébé du cœur ». Elles doivent également participer à la rénovation et peinture d’une école. Les jeunes de Valbrise ont réalisé une fresque sur les 4 saisons pour décorer cette école. La fresque a été traduite en arabe par Fadoua, un agent de service d’entretien des locaux. Les jeunes attendent avec impatience leur retour pour connaitre la vie des jeunes écoliers du Maroc dans le désert.

Secourir, soutenir, aider les populations vulnérables, éduquer ne sont-ils pas des actes qui visent à satisfaire les besoins du présent tout en préservant les ressources limitées du futur ?

Marie Paule CIMOLAÏ et l’ensemble de l’équipe IME/SESSAD VALBRISE